Actualité immobilière par Monsieur Immo - Benoit jacob

La raréfaction des terrains à bâtir conduit inévitablement à une hausse des prix

Hausse des prix des terrains à bâtir – Pendant les six premiers mois de l’année en cours, une diminution des transactions immobilières liées aux terrains à bâtir a été observée en Belgique. Cette tendance est plus prononcée en Wallonie qu’en Flandre. En ce qui concerne les valeurs, la rareté croissante des terrains constructibles a engendré une hausse des prix des terrains à bâtir. De plus, il est à noter que la superficie des terrains vendus a également enregistré une réduction au cours de la période examinée. Ces constats proviennent des résultats du baromètre des notaires.

Évolution semestrielle de l’activité : – 20,5 % en Wallonie

Au 1e semestre 2023, les notaires ont observé une baisse de 10 % des ventes de terrains à bâtir en Belgique, par rapport à la même période en 2022. En Wallonie, le recul atteint 20,5 %.

Prix au m2 : + 3,2 % en Wallonie, à 128 euros

Sur les six premiers mois de l’année, il fallait débourser en Wallonie 128 euros au mètre carré. Il s’agit d’une hausse de 3,2%  par rapport à l’année 2022. Au niveau national, le prix au m2 atteignait 310 euros (+9,9 %) et en Flandre 429 euros (+13,2 %).

Malgré une baisse de prix observée dans le Brabant wallon, la province reste la plus chère de Wallonie. Au 1e semestre 2023, le prix au mètre carré était de 215 euros, contre 233 euros sur l’ensemble de l’année 2022. Autre fait remarquable : la province de Hainaut a dépassé la province de Liège au 1er semestre 2023. Elle arrive désormais en deuxième position (144 euros). En province de Liège, le prix au mètre carré était de 137 euros. Pour avoir un prix au mètre carré sous la barre des 100 euros, l’acheteur a dû se rabattre sur les provinces de Luxembourg (88 euros) et de Namur (81 euros).   

Surface des terrains : recul de 3,6 % en Wallonie

La surface d’un terrain vendu en Wallonie au 1e semestre 2023 atteignait 10,7 ares. Il s’agit d’un recul de 3,6 % par rapport à l’ensemble de l’année 2022. Une tendance qui se confirme dans le temps. En effet, le recul est de 3,6 % sur la période allant de l’année 2018 au 1er semestre 2023. 

Au niveau national, la surface des terrains à bâtir atteignait au 1er semestre 2023 8,7 ares (-3,3 %) et 7,4 ares en Flandre (-3,9 %).

Les notaires ont également analysé l’évolution des surfaces au niveau des provinces wallonnes. Namur arrive en tête des surfaces des terrains à bâtir (12,3 ares), suivie du Luxembourg (11,5 ares), Liège et le Brabant wallon (respectivement 10,5 ares). Le Hainaut arrive en fin de peloton (9,5 ares).

Joindre la discussion